Accueil

Voici les dates du début des prochaines sessions de six séances hebdomadaires: 
Le mardi 8 mars de 19 heures à 22 heures.
– Le samedi 12 mars de 15 heures à 18 heures.

Ces ateliers d’écriture s’adressent à ceux qui n’osent toujours pas franchir le cap de leur envie d’écrire comme à ceux qui souhaitent approfondir ce qu’ils poursuivent.

Écrire ? Chaque approche a sa particularité. Le fait d’écrire sur place à partir de deux propositions d’écriture par séance dont les axes évoluent d’une semaine à l’autre, permet cette recherche. L’écho immédiat de ce qui vient d’être écrit, lu également sur place, rebondit sur chaque participant. Plaisir d’échanger et de se découvrir en six séances hebdomadaires de trois heures par petites groupes. Chacun se lance, trie, explore et perçoit peu à peu l’effet de ses propres écrits, l’alliance entre le lecteur et l’écrivain, en permanence en tête.

Carole Achache, auteur de romans et d’albums publiés, s’appuie sur des témoignages et des réflexions d’écrivains sur leur propre travail, qu’elle égrène au fil des semaines, pour que chacun puisse aiguiser sa manière de procéder, se reconnaître dans les jonctions entre eux et élargir sa gamme.

Les mots, à la fois source de doute, d’euphorie, de jubilation et de rire, et en même temps matière. La musique des mots. Qu’est-ce le style ? Comment raconter une histoire ? Doit-on faire un plan ? Chaque récit porte en lui la forme qu’il faut trouver. Qu’est-ce qu’un personnage ? Quel est le point commun entre Stevenson qui affirme que « le roman existe non pas par ses ressemblances avec la vie, (…) , mais par son incommensurable différence avec elle », Annie Ernaux qui note « J’ai besoin de découvrir sur quoi j’ai le désir d’écrire, de connaître ma nécessité » et Marguerite Duras qui considère que « L’écriture, c’est l’inconnu. Avant d’écrire on ne sait rien de ce qu’on va écrire. Et en toute lucidité. » ? L’amour de la littérature.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Accueil »

  1. Pour beaucoup d’entre nous, l’écriture attire mais impressionne aussi. L’écriture littéraire par-dessus tout, y compris chez ceux qui écrivent déjà, sous d’autres formats, figure une sorte de fantasme, et un saut impossible à faire, perpétuellement remisé. Les réticences, peurs et inhibitions sont sans doute aussi nombreuses que les candidats : peur de s’exposer, de faire acte de vanité, peur de la vacuité de ce que l’on aurait à dire, peur simplement de l’absence de talent, de la platitude, de la banalité, du narcissisme. Pire, de l’effet de mode.

    L’atelier de Carole Achache ne promet ni ne prétend identifier pour vous ces peurs profondes, moins encore les résoudre. Il fait mieux : il les court-circuite, par le passage à l’acte. En attendant d’être prêt à écrire, vous vous trouverez là, sans filet, sans préméditation, contraints et libérés du même coup, par la métamorphose de l’Entrée dans l’écriture en entrées dans les exercices d’écriture. L’atmosphère résolument égalitaire des participants attablés finit de vous décomplexer. Vous y êtes, et vous retrouvez ce qui comptait avant la peur : le goût, d’écrire et de lire, auprès d’autres auteurs et lecteurs intéressés et bienveillants. Une expérience savoureuse (aussi grâce aux désormais fameuses tartes de Carole A.) et libératrice.

  2. Ton atelier est une auberge espagnole pour les gourmets. Une scène où tu pries tes convives de se mettre à table sans chichis. D’emblée, tentatrice, tu les allèches par quelques écrits d’auteurs et voluptueuses pensées littéraires, quel fumet !, ils salivent… vous avez faim d’écriture, mes Gargantua mignons ? Alors, concoctez des recettes auxquelles vous n’aviez point songées auparavant, et remplissons-nous la panse, top chrono ! Miracle, on multiplie les petits pains, les trouvailles en beignet et les cerises sur le gâteau. Comme il est interdit d’interdire, nul ne se sent coupable de regarder dans la gamelle du voisin. Bien au contraire ! Vous reprendrez bien une goutte d’inspiration, l’aile ou la cuisse de Jupiter ? Ton atelier d’écriture est un vrai régal. Mais l’appétit qui vient en écrivant, est un boomerang ! L’atelier sitôt fini, on a les crocs. On continue d’écrire. Carole, à quand les prochaines bouffes littéraires chez toi, dis ?

  3. Bonjour, bonsoir,
    Je vous ai découverte dans L’Humeur Vagabonde de Kathleen Evin et en musardant sur la toile, je vous retrouve « chez vous ». Malgré la distance, votre approche semble intéressante mais difficile à en juger d’ici. Alors, qui sait, à l’occasion, si vous intervenez à Nice… Bonne continuation.

    • Bonjour Olympe, pour avoir fait toute une première série d’ateliers d’écriture avec Carole Achache, je puis dire que c’est autant un voyage en soi que sur le papier et bien au-delà!
      Bonne route plumitive si vous la choisissez…

      Patrick

  4. J’ai beaucoup apprécié tes propositions d’écriture, qui le plus souvent m’ont inspiré et plongé dans l’écriture de textes dont je n’avais pas la moindre conscience quelques secondes auparavant. Grâce à ça, mon style a évolué, et s’est resserré. Je pense que la raison en est que je suis mieux connecté à la source du texte en moi, avec moins de parasites venant de l’égo.
    J’ai aussi trouvé très enrichissant d’entendre les réflexions d’auteurs expérimentés sur ce qu’est l’écriture, comment écrire, etc.

  5. Les ateliers de Carole Achache, sa compréhension aigüe de la forme écrite, m’ont aidé à intégrer l’intrinsèque signification de cet acte pas anodin. tout ce qui a été abordé m’a interpellé et poussé à m’interroger.
    J’ai désormais un nouveau regard sur la littérature et l’écriture, grâce auquel je m’y adonne différemment et exprime mieux comment je ressens et vis l’écriture.
    Il y pour moi un avant et un après ces ateliers, à l’issue desquels, gastronomie thématique et dégustation de vins font un délicieux ménage à trois…

  6. Bonne description des ateliers d’écriture animés par Carole Achache et auxquels j’ai le bonheur de participer une fois par semaine en ce moment. Reste à ajouter qu’elle les anime avec savoir faire, maîtrise et bienveillance, ingrédients indispensables.
    Outre le fait de cheminer un petit moment sur l’acte d’écrire au fil des propositions, c’est aussi une autre façon de re-découvrir la littérature. Non plus du côté des effets produits sur le lecteur mais du point de vue de l’auteur, connaître et partager ainsi les volontés, les objectifs, les contraintes et les comment de son acte d’écrire. Ce n’est jamais cuistre, mais dans le plaisir du partage des expériences, des ressentis, des mots. Le tout de façon ludique et conviviale, comme la tarte aux légumes qui change de couleur à chaque séance qu’elle prépare et que nous partageons en fin d’atelier avec sa sélection de goûteux fromages et un verre de vin.

Á vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s